Quelles croquettes pour mon animal ? Les composants analytiques

Je vous ai déjà beaucoup parlé de croquettes sur ce site (quelles informations peut-on tirer de la liste d’ingrédients ? et comment choisir ses croquettes ?), mais il y a un point que je n’ai pas encore abordé : les composants analytiques. Il s’agit d’une liste, toujours présente sur les emballages, et qui mentionne les différents taux de protéines, lipides, minéraux, … Beaucoup de propriétaires sont tentés de s’en servir pour déterminer la qualité de l’alimentation mais est-ce vraiment un bon critère ?

Composants analytiques

Les composants analytiques, qu’est-ce que c’est ?

Comme vous le savez sans doute, en alimentation animale, les fabricants sont soumis à une série d’obligations. Afficher les composants analytiques du produit est l’une de celles-ci. Si la liste est bien obligatoire, les informations qui s’y trouvent peuvent tout de même un peu varier. Cependant, vous y trouverez toujours les taux de :

  • Protéines ;
  • Lipides (ou “matière grasse”) ;
  • Fibres ;
  • Cendres (qui correspondent aux minéraux).

En plus de ces éléments, vous pouvez parfois également en trouver d’autres qui, eux, ne sont pas obligatoires comme par exemple les taux de glucides, d’humidité ou d’oméga-3.

Quelles informations peut-on, ou pas, en tirer ?

On a souvent envie d’interpréter un peu trop cette fameuse liste, mais quelles sont les vraies infos qui s’y cachent ?

Les composants analytiques permettent de déterminer le taux de glucides

Le taux de glucides, on vient de le voir, ne doit pas forcément y être mentionné. Si toutefois cette information vous intéresse, il est facile de la calculer en se basant sur le reste des composants analytiques.

Pour être plus précis, ce qui nous intéresse souvent, ce sont les glucides “qui apportent de l’énergie”, c’est-à-dire les glucides à l’exception des fibres. Si ce taux est renseigné, il le sera souvent sous l’acronyme ENA (pour Extractif Non Azoté). Et s’il ne l’est pas, c’est normalement le seul taux qui manque et il peut donc être calculé en enlevant simplement tout le reste.

ENA (en%) = 100 – (protéines + humidité + matière grasse + cendres + fibres)

Le taux d’humidité sera presque toujours renseigné sur l’alimentation humide. Pour les croquettes, s’il n’est pas mentionné, vous pouvez considérer qu’il est de 10%.

Petite remarque concernant les croquettes “sans céréales” : le processus de création des croquettes (quelles qu’elles soient) est impossible sans glucides. Du coup, ces croquettes en contiennent également. “Sans céréales” ne signifie donc pas “sans glucides” !

On ne peut pas comparer directement les taux de différents paquets

Beaucoup de propriétaires cherchent, par exemple, à maximiser la quantité de protéines dans l’alimentation de leur animal (l’idée n’est d’ailleurs pas toujours bonne mais ce n’est pas le sujet du jour). Pour ce faire, ils vont donc regarder les composants analytiques et comparer les taux. Si la démarche semble très logique, elle n’est par contre pas correcte.

L’erreur vient du fait que si les aliments comparés ont des taux d’humidité ou de fibres très différents, la quantité que l’animal devra en manger pour couvrir ses besoins sera, elle aussi, très différente. Et du coup, les pourcentages ne s’appliqueront pas sur la même base.

Je m’explique !

Comparons deux aliments :

Aliment A (sec)
Protéines : 25%
Densité énergétique : 3000 kcal/kg

Aliment B (humide)
Protéines : 10%
Densité énergétique : 1200 kcal/kg

Prenons un chien dont les besoins énergétiques seraient de 300 kcal/jour.

Avec l’aliment “A”, la quantité adaptée à ses besoins représente :
300/3000 = 0,1kg = 100 grammes de nourriture par jour.
Le taux de protéines étant de 25%, il mangerait donc 25% de 100g = 25g de protéines chaque jour.

Avec l’aliment “B”, la quantité adaptée représenterait : 300/1200 = 0.25kg = 250 grammes de nourriture par jour.
Si le taux de protéines est de 10%, ça équivaut donc à 10% de 250 = 25g de protéines chaque jour.

Dans ce cas, des taux très différent débouchent sur une consommation équivalente de protéines. Et évidemment, le raisonnement est identique si vous cherchez à comparer des taux de vitamines, de minéraux, de glucides ou de matière grasse.

En résumé, la comparaison des taux de nutriments de deux aliments ne doit pas se faire sur la base de leur pourcentage dans l’alimentation mais plutôt en regard de la densité énergétique de ces aliments.

Les composants analytiques permettent de déduire la densité énergétique

La densité énergétique d’un aliment, c’est le nombre de calories qu’il contient par gramme. Cette information est essentielle car elle permet, non seulement de comparer les différents taux, mais surtout de convertir les besoins énergétiques de nos animaux, exprimés en calories, en quantité d’alimentation.

Malheureusement, en Europe, il n’est pas obligatoire que cette information figure sur le paquet. Elle n’y est donc pas souvent. Par chance, la liste des composants analytiques permet justement de la calculer. Et comme c’est le thème du jour, voyons ça de plus près !

(Si vous êtes allergiques aux calculs et que l’information n’est pas sur le paquet, vous pouvez parfois la trouver sur le site du fabricant.)

Dans l’alimentation, il n’y a en fait que trois sources d’énergie : les protéines, les lipides et les glucides. Il faut donc commencer par retrouver le taux de chacune de ces catégories. Les taux de protéines et lipides sont directement sur le paquet, et on vient de voir comment calculer le taux de glucides (ENA).

Le calcul de la densité énergétique

Une fois que vous avez vos trois taux : protéines, matières grasses et ENA, vous pouvez calculer la densité énergétique pour 100 grammes avec ces formules :

Pour une alimentation sèche : DE (en kcal/100g) =
(Protéines x 3,5) + (Matière grasse x 8,5) + (ENA x 3,5)

Pour une alimentation humide : DE (en kcal/100g) =
(Protéines x 3,9 + MG x 7,7+ ENA x 3) – 5

Ces formules permettent de faire une très bonne approximation mais ne sont pas rigoureusement exactes. Si la densité énergétique est indiquée sur le paquet, vous ne tomberez donc jamais exactement sur le même nombre. Cette différence est due au fait qu’aucun aliment n’est digestible à 100%, et que le « vrai » taux de digestibilité dépendra de la qualité des ingrédients utilisés, et non de leur teneur en protéines, lipides et glucides. Ces formules sont basées sur des digestibilités “moyennes”. La digestibilité réelle des ingrédients n’est évidemment jamais renseignée et varie d’une marque à l’autre. C’est également la différence de digestibilité moyenne entre les aliments secs et humides qui explique qu’il y ait deux formules.

calculs

Et c’est tout !

Dans le cadre du choix d’un paquet de croquettes, c’est à peu de chose près les seules informations que vous pouvez tirer des composants analytiques.

Le calcul de la densité énergétique peut être très intéressant dans le cadre d’un régime ou simplement pour être sûr de donner à votre animal la quantité qui lui convient. Mais cette information ne renseigne en rien quant à la qualité de l’alimentation.

Et en ce qui concerne les différents taux, même en les comparant sur base de la densité énergétique, cette information n’a pas énormément d’intérêt. Hormis pour certains minéraux, les animaux ont des besoins qui s’expriment en “quantité” (x grammes) et non en pourcentage. Et la quantité qui finit réellement dans l’animal dépendra non seulement de la densité énergétique, mais également de la qualité des produits utilisés. Si nos 25 grammes de protéines de tout à l’heure viennent d’un aliment de mauvaise qualité, peu digestible (disons à 50%), il ne restera plus que 12,5g utilisable. Et si, par contre, elles viennent d’un aliment de haute qualité, digestible à 95%, alors il en restera 23,75g.

En résumé,

Les composants analytiques n’ont pas pour but de déterminer la qualité d’un aliment et vous ne devriez donc pas vous en servir dans ce sens. Par contre, si le sujet vous intéresse et que vous l’avez manqué, je vous invite à lire cet autre article dans lequel j’aborde les différents critères qui peuvent être utilisés pour choisir, de façon plus objective, un aliment pour votre animal.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout, j’espère que cet article un peu plus “technique” vous aura plu ! Si c’est le cas, n’hésitez pas à le partager autour de vous Winking smile

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.