Comment apprendre la propreté à votre chiot ? Les 5 pièges à éviter !

L’arrivée d’un chiot à la maison est toujours un grand moment de joie pour toute la famille. Mais ce qui est nettement moins amusant, c’est de ramasser les petits pipis et cacas qu’il sèmera immanquablement un peu partout ! Du coup, voyons ensemble les 5 erreurs à éviter pour apprendre la propreté à votre chiot le plus rapidement possible.

Propreté chiot

Erreur 1 : ne pas le féliciter quand il fait ses besoins dehors

Si vous ne devez retenir qu’une chose de cet article c’est ceci : pour éduquer votre chien, il est beaucoup plus efficace de le féliciter lorsqu’il fait bien, plutôt que de le gronder lorsqu’il fait mal. Et n’ayez pas peur, vous ne le féliciterez jamais trop !

Du coup, quand il fera, un peu par hasard, ses premiers besoins dehors, lâchez-vous et mettez-y du cœur : “Bravo !!”, “Quel bon chien !”, “Qu’il est intelligent !”, “Quel beau pipi !”, tout est bon ! Winking smile

Evitez par contre de le récompenser par des friandises car il est important de ne pas déséquilibrer sa ration (plus encore chez un chien en croissance). Pour plus d’informations sur les friandises et l’alimentation du chien, c’est par ici !

Si vous venez de gronder votre chien suite à un accident à l’intérieur, il sera particulièrement important de bien prendre le temps de le féliciter lors de son prochain succès en extérieur. En effet, cela l’aidera à comprendre que vous étiez fâché, non pas parce qu’il a fait ses besoins, mais parce qu’il les a fait au mauvais endroit.

propreté chiot

Erreur 2 : ramasser devant lui

Quel que soit son âge, lorsque votre chiot fait ses besoins à l’intérieur, il est très important de ne pas les ramasser devant lui. En effet, le fait de s’accroupir sera perçu comme un “appel au jeu”. Et du coup, il risquerait de faire l’association “je fais pipi à l’intérieur = on joue avec moi, génial !”. Ce qui est évidemment à éviter !

En plus de ça, à ce moment là, de votre côté, vous risquez de ne pas du tout avoir envie de jouer avec lui, et donc de le repousser ce qui va également lui envoyer des messages contradictoires qu’il risque de ne pas comprendre : “pourquoi me repousser alors qu’on vient de m’appeler pour jouer ?”.

Du coup, en cas d’accidents, mettez le plutôt dans une autre pièce pendant quelques minutes. Ce qui, en plus de vous laisser le temps de ramasser en étant “hors de vue”, sera également perçu comme une petite punition méritée.

Erreur 3 : être trop impatient

Malheureusement, tous les chiens ne sont pas égaux en ce qui concerne l’apprentissage de la propreté ! Et s’il n’est pas possible de déterminer un âge auquel tous les chiens sont propres, il existe tout de même quelques balises Smile

Ce qu’il faut savoir c’est que la majorité des chiens apprennent à contrôler leurs sphincters entre 2 et 4 mois (les sphincters de la vessie sont les muscles que l’on contracte lorsque l’on “se retient”, en cas d’envie pressante).

En d’autres termes:

Avant 2 mois, il est rarement possible pour un chien d’être propre. Il est donc plus ou moins inévitable qu’il y ait des “accidents” et il ne sert à rien de le gronder lorsque ça arrive.

Entre 2 et 4 mois, accordez-lui le bénéfice du doute ! Votre chiot va tout doucement commencer à pouvoir se retenir un peu, mais il y aura des ratés. Si vous le prenez la main dans le sac, vous pouvez commencer à le gronder un peu afin qu’il commence tout doucement à comprendre que ce n’est pas bien de faire ses besoins à l’intérieur. Ne soyez cependant pas trop sévère, il est probable qu’il n’ait pas encore la capacité de se retenir.

Après 4 mois, la majorité des chiens sont capables de se retenir quelques heures. Si le nombre d’accidents ne diminue toujours pas, le problème vient probablement d’ailleurs.

Erreur 4 : le gronder après coup

La plupart des gens le savent déjà mais ça ne coûte rien de le rappeler : gronder votre chiot s’il a fait ses besoins à l’intérieur en votre absence ne sert à rien !

En réalité, c’est non seulement inutile du point de vue de son apprentissage de la propreté mais c’est aussi contre-productif dans le cadre plus large de son éducation. En effet, quelle que soit la durée de votre absence, votre retour sera toujours un moment de fête pour lui. Et à ce moment, le pipi qu’il a fait dans la cuisine 5 minutes plus tôt ne sera plus qu’un très lointain souvenir et il n’y a aucune chance qu’il l’associe à votre énervement (d’autant plus qu’il n’était probablement même pas conscient d’avoir mal agis en le faisant). Au final, si la situation se reproduit quelques fois, il finira par associer votre énervement à autre chose, comme par exemple le fait qu’il vous fasse la fête, ce qu’il arrêtera… tout en continuant ses pipis dans la cuisine.

Si par contre vous le surprenez en pleine action, le problème est différent et dans ce cas, grondez le (en gardant tout de même à l’esprit les éventuelles réserves par rapport à son âge). Il ne faut par contre pas sur-réagir non plus et vous ne devez en aucun cas “lui mettre le nez dedans” ou le frapper (en fait, pipi ou pas, il n’y a plus ou moins aucune bonne raison de frapper votre chien). Le but n’est pas qu’il ait peur de vous ! Le simple fait d’élever la voix suffit souvent à lui faire comprendre qu’il fait quelque chose qu’il ne devrait pas.

pipi chiot

Erreur 5 : faire des sorties trop espacées ou trop stimulantes

Durant la période d’apprentissage de la propreté, il est également très important de sortir votre chien le plus souvent possible, et ce pour deux bonnes raisons :

  • Tout d’abord, parce que plus il passera de temps dehors avec vous, et plus vous aurez l’occasion de le féliciter pour ses beaux pipis !
  • Et ensuite, simplement parce qu’un jeune chien n’est jamais capable de se retenir aussi longtemps qu’un adulte.

Du coup, dans l’idéal, votre chien de 2 mois devrait sortir environ toutes les 2 heures (et en tout cas après chaque repas).

A 3 mois, il devra sortir toutes les 3 – 4 heures.

Et à 4 mois, il pourra commencer à tenir 5 ou 6 heures.

Enfin, si les sorties doivent être fréquentes, elles ne doivent pas être trop longues ni trop stimulantes. Si vous jouez chaque fois avec lui dès que vous êtes dehors, son envie de faire ses besoins risque de passer en second plan et il pourrait alors attendre d’être rentré pour se soulager.

Une bonne solution est, par exemple, de jouer quelques minutes avec lui après qu’il a fait ses besoins à l’extérieur. Cette courte période de jeu pourra ainsi être considérée comme une petite récompense de plus. Et vous éviterez également qu’il comprenne que “faire ses besoins = mettre fin à la balade” !

 

Et voilà qui clôture les principales erreurs que j’ai souvent eu l’occasion de constater quant à l’apprentissage de la propreté pour les chiots ! J’espère que cet article vous aura appris quelques “trucs” et si c’est le cas, n’hésitez pas à le partager autour de vous Smile

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.